28 février 2005

Inconnue du métro

Elle avait une tête… mais pas sur les épaule, enfin du moins pas que sur les épaules… entre les omoplates bien sur, la colonne vertébrale se prolongeait, aboutissait à une nuque perdue au mileu de myriades de petites mèches brunes….et au dessus de cette nuque encore, une figure, de peau, de sang et de chaleur… avec des rires qui sortaient des lèvres rouges, par lesquels elles frémissaient…mais ce n'était pas ce visage là qui m'intéressait…non c'était celui qui était dans ses bras…juste un visage figé porté par un long cou gracile ; perdu et incongru dans les bras d'une jeune fille, dans la foule du métro. Un visage de cire. Trè pâle, très immobile. Une figure aux grands yeux inexpressifs, et pour cause !, qui fixaient négligeament les marcheurs, les promeneurs, les gens pressés. La tête détachée d'un mannequin, arrivée là par hasard. Sans cheveux. Toute nue, déshabillée et offerte aux regards de tous… de si peu finalement : les gens regardent leurs chaussures, c'est bien connu que les souliers sont plus expressifs et moins dangereux surtout que les visages des inconnus. Moi j'étais sur ma banquette, je l'ai regardé passer cette fille aux deux têtes, qui riait, qui semblait vivante avec son manteau rouge et sa tête de morte dans les bras. Je l'ai regardé disparaître dans les escaliers.

Posté par Electron libre à 18:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Inconnue du métro

Nouveau commentaire